Suivez Nous

Jaqee De Goteborg à Berlin

Firmin Koto | | Musique

Jaqee veut chanter. Alors le vent la dirige naturellement là où se trouve sa voix ! Pour elle, être en mouvement c’est provoquer des rencontres avec les autres, leur façon de vivre autant que de les aimer. Tu peux tirer profit et rendre positive n’importe quelle situation – et commencer à construire ton petit monde autour de cela.

De Kampala à Berlin en passant Goteborg où elle passera de nombreuses années à y faire sa vie et sa musique, cette jeune chanteuse ougandaise a su tirer profit et rendre positive n’importe quelle situation autour d’elle au point de s’afficher fièrement aujourd’hui  dans la  grande cour de la world music. Et elle ne manque pas d’argument dans la mesure où son public a le plaisir de la retrouver avec « Fly High » son nouvel album dans les bacs depuis quelques semaines.

De l’avis des puristes Jaqee a volé haut avec ce disque qui sera toujours d’une bonne compagnie. Produit jour et nuit, 7 jours sur 7 « Fly High » serait même écoutable 24h sur 24. C’est un album qui s’inspire directement de la vie de Jaqee qui mentionne même pour la première fois ses deux petites sœurs.

Ce titre qui est d’une puissance évidente n’est pas une coïncidence car Jaqee voulait éclaircir les côtés les plus sombres du parcours de sa vie. Pour elle, il faut tous trouver un moyen de nous aider à comprendre qui nous sommes et véritablement ce que nous sommes.

C’est donc à croire que Jaqee a toujours aimé emprunter de longs chemins. Elle qui passe de longues heures dans des cafés et des heures plus longues encore à observer à travers la fenêtre; tôt le matin au moment où le jour se lève à peine.

Jaqee est en fait en quête perpétuelle de mots, de tournures aussi belles que précises mais avec la volonté de toujours proposer des paroles de chansons accessibles.

On ne saurait parler de cet opus qui émerveille déjà le show-biz mondial sans évoqué Zola’s Dance, un morceau dédié à sa fille de 5 ans. Jaqee a voulu laisser la place nécessaire à l’enfance  dans l’album.

La leçon la plus importante que Jaqee a pu apprendre en travaillant sur « Fly High » est loin d’être musicale : « Je suis devenue bien meilleure depuis que je sais dire non – et connaissant bien mieux d’où je viens, j’ai su assez vite comment je voulais que le disque sonne au final. Par le passé, je n’étais jamais très à l’aise quand il s’agissait d’avoir le dernier mot.

Voilà en plus d’un bon nectar servi, que Jaqee donne l’assurance que le dernier mot lui revient désormais.

 

Firmin Koto