Suivez Nous

Cosmétique : Sabine Brou comme Sabel Nature

Raymond Alex Loukou | | Mode

Après deux années de formation dans le domaine de la cosmétologie aux Etats-Unis, l’ivoirienne Rose Sabine Brou a décidé de mettre son expertise au service des femmes africaines qui rêvent d’avoir de beaux cheveux. Installée en Côte d’ Ivoire depuis plus de cinq années, elle apporte du nouveau dans les soins capillaires à travers sa gamme de produits Sabel Nature. Pour Rose Sabine, les africaines doivent recourir aux cheveux naturels d’ autant plus qu’il existe des produits pour les traiter. A travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’avoir une qualification professionnelle pour traiter les cheveux et la nécessité pour ses sœurs d’utiliser des produits naturels pour entretenir les cheveux et maintenir leur éclat.

Qui êtes-vous ?

Je suis Rose Sabine Brou. Je suis de formation cosmétologue, technicienne en beauté et tresseuse professionnelle. Je suis également propriétaire et promotrice de la gamme de soins capillaires Sabel Nature appropriée pour le traitement naturel des cheveux naturels.

Quelle formation aviez-vous suivi pour en arriver là ?

J’ai suivi une formation en cosmétologie à Atlanta Beauty College. Cette formation a duré 2 ans sanctionnée par un certificat d’aptitude professionnelle. Après cela j’ai suivi des cours pendant 6 mois en technique de tresses professionnelles.

Pourquoi avez-vous choisi de vous spécialiser dans les cheveux naturels au point de créer une gamme de produits à cet effet ?

Tout simplement parce que pendant ma formation j’ai étudié la composition chimique des produits utilisés pour les cheveux. Après l’étude du défrisant et du défrisage, j’ai compris que nos cheveux étaient en danger avec le défrisage.  De plus, le défrisage pouvait avoir un incident sur notre santé parce que la composition chimique du produit s’avérait toxique pour l’organisme. Si la personne qui applique le défrisant n’est pas professionnelle, la clientèle court un danger. Pendant la formation, je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas assez de produits spécifiques pour femmes noires sur le marché.  Les deux pays dans lesquels on pouvait trouver des produits spécifiques pour femmes étaient les Etats-Unis et l’Angleterre parce que dans ces pays il y a une forte présence de femmes noires. Nous avons beaucoup de produits pour femme noire mais je me pose de savoir est-ce que ces produits contiennent suffisamment d’éléments naturels adaptés au type de peau. En lisant sur la notice de ces produits, j’ai découvert qu’ils contiennent une petite quantité de produits naturels essentiels à la femme noire. Parfois par manque de produits naturels, ils utilisent des ingrédients artificiels semblables à ces éléments pour atteindre leur objectif et tout cela a des réactions négatives sur les utilisatrices noires. Au regard de tout ceci, j’ai décidé de me spécialiser dans l’utilisation des produits naturels dans mon travail.

Selon vous, pourquoi les produits capillaires pour femmes noires ne sont pas assez répandus ?

 A l’époque, il était très difficile voire impossible de trouver une usine qui fabrique les produits pour les femmes noires. C’est dans les années 1900 qu’une femme, une américaine noire du nom de J. C. Walker a créé la première gamme de produits pour femmes noires appelée Benson. Cette femme était obligée de vendre ses produits de porte-à-porte aux femmes noires. Et même lorsqu’ elle effectuait des voyages pour la promotion desdits produits, elle dormait dans le train où dans sa propre voiture parce qu’à cette époque les noirs n’avaient pas le droit aux chambres d’hôtels. C’est pour dire que jusqu’à  cette époque les industries de beauté américaine ne prenaient pas en compte la fabrication de produits de beauté pour femme noire. Même lorsqu’ elles ont commencé à les fabriquer, ces produits ne correspondaient pas à la peau et aux cheveux de la femme noire. Au fur et à mesure les choses ont commencé à changer au point où en Afrique nous cherchons maintenant à nous prendre en compte en utilisant les produits naturels que nos parents utilisaient à cet effet.

Que reprochez-vous au défrisage parce que nous constatons que les africaines se défrisent fréquemment ?

Sans paraître alarmante, je vous dirais sincèrement que le défrisage est dangereux pour les cheveux comme je le soulignais tantôt. Quand tu appliques le défrisant sur les cheveux, tu élimines la première couche de cheveu appelée cuticule. Cette couche est normalement la couche protectrice des cheveux. Mais pour obtenir le résultat désiré, le défrisant élimine cette couche pour aller changer la forme du cortexhors le cortex est la partie des trois couches des cheveux qui montre la force, la vitalité, l’élasticité et la couleur des cheveux. C’est cette couche qui représente le plus grand pourcentage de cheveu. Lorsque le défrisant agit sur la vitalité, la force et l’élasticité, il détruit ces dits éléments pour donner une nouvelle texture aux cheveux. Cette nouvelle texture qui apparaît belle et flamboyante est en réalité une texture sans vie, c’est-à-dire une texture morte. En clair c’est une texture sans vie. Remarquez-bien que la coiffeuse porte un gant pendant le défrisage. C’est pour dire que le produit utilisé est dangereux. Imaginez ce que cela peut provoquer comme dégât sur le cuir chevelu et les cheveux.

Pensez-vous que Sabel Nature peut corriger ces dysfonctionnements ?

Bien sûr ! Sans me vanter, je puis dire que mes produits sont à même de corriger ces dysfonctionnements. Tout simplement parce que la gamme de produits Sabel Nature est composée à 100 % d’éléments naturels. L’utilisation de ces produits assure une bonne santé aux cheveux. Et les résultats sont perceptibles dès les premiers moments de l’utilisation.

De plus en plus les africaines gardent leurs cheveux naturels ?

Justement parce qu’elles ont pris conscience de tout ce que je viens d’expliquer. Malheureusement beaucoup s’y sont prises très tard parce que les défrisants ont fait beaucoup de dégâts. Cela dit, elles ont encore la possibilité de se rattraper en décidant d’opter pour une bonne hygiène capillaire. En utilisant également les produits naturels pour les soins de leurs cheveux et des techniques de tresse et de coiffure professionnelles.

Qu’entendez-vous par techniques de tresse et de coiffure professionnelles ?

Je puis vous dire que les gens ont tendance à compter la tresse parmi les ennemis de nos cheveux. Ce n’est pas tout à fait vrai ! Si les techniques utilisées sont appropriées les cheveux poussent normalement. Mais si les techniques ne conviennent pas, c’est là qu’il y a problème. Les américains ont étudié les tresses. Ils ont trouvé que le risque dépend de la manière d’insérer l’extension dans les cheveux. Si l’insertion se fait comme il se doit, les cheveux poussent bien au contraire. Malheureusement cette nouvelle technique est rarement utilisée dans nos salons en Afrique. C’ est pourquoi bientôt nous aurons des séminaires et ateliers pour enseigner aux professionnels de la beauté les nouvelles techniques en vigueur sur le marché américain.

Un conseil à donner aux femmes pour avoir de beaux cheveux ?

Je leur demande de traiter leurs cheveux avant, pendant et après la coiffure. Cela est très important et leur garantira de beaux cheveux. Qu’elles n’aient pas peur d’entretenir leurs cheveux avec des produits naturels signés « Sabel Nature ».

 

Loukou Raymond-Alex