Suivez Nous

Audio-Visuel : Jean Pierre Gayrard « je me sens Ivoirien, Noussi, Farafi et non Toubabou ! »

Firmin Koto | | Média

Nul n’est prophète chez soi, dit l’adage. Ce qui illustre aujourd’hui assez bien la vie et l’aventure de Jean Pierre Gayrard, militaire français à la retraite, qui a décidé de donner un sens à sa vie en Afrique depuis quelques années. Ayant troqué les armes contre appareils photo et camera, il nous livre dans cette interview les secrets de son heureuse reconversion sous les tropiques…

Bonjour Jean Pierre Gayrard, peux-tu te présenter aux lecteurs de 100pourculture.com ?

J’ai 43 ans, militaire à la retraite, passionné d’image, passionné tout simplement, je suis Taoïste. Installé en Côte d’Ivoire depuis juillet 2007. Mes passions, la Tech-House, l’image, les voyages.

 

Passe-t-on aussi facilement d’un corps d’élite à la communication ? Comment s’est passé cette transition ?

Sauter du coq à l’âne ne fut pas chose simple, j’ai vu tellement d’horreurs pendant mes 17 années passées dans l’armée que, j’ai voulu rendre belle la vie. Alors, un jour je me suis dit que si il fallait changer ma vie autant tout changer en même temps : quitter mon pays, mon entourage, ma famille mais surtout réfléchir aux conséquences de mes actes. Alors, j’ai passé une année au Sénégal, mais je n’y ai pas trouvé mes repères. La Côte d’Ivoire me semblait à ce moment plus « OPEN » sur certains principes…

 

Entre photographie, réalisation vidéo, acteur, directeur artistique…, on te retrouve sous différentes coupures. Alors que doit-on retenir de toi finalement ?

( Rires ), certains disent que je suis béni de Dieu. D’autres me disent que tout ce que je touche se transforme en OR… Moi je dis simplement que la passion fait avancer plus vite. Je m’intéresse, je m’investis, je me passionne et donc je réussis !!!

Si vous deviez retenir quelque chose de moi, alors ce serait  « faire plaisir », que ce soit dans la satisfaction que nos clients ont à recevoir ce pourquoi nous avons été engagé, soit à la réaction de nos clients devant l’émerveillement et la sensation que suscite un film ou une image, lorsque par le biais de l’image je
déclenche une émotion alors je sais que j’ai œuvré pour le plaisir….

 

Tu lançais récemment sur les réseaux sociaux un court métrage <<ONE DAY >> by MY PROD, retraçant en quelque sorte une de tes journées à Abidjan. Parles-nous un peu de cette production en termes d’objectif ?

Ce projet avait pour simple objectif, en effet , d’expliquer ou de monter à mon entourage ce que je vis au quotidien, mais aussi de présenter la société, mes amis et collègues, et aussi notre résultat cinématographique, bien qu’amateur et je m’en excuse.

Veuillez noter que la fin est une fiction, ( rires )…

 

Tu vis et travailles à Abidjan, et on le voit, tu t’épanouis à
merveille. Est-ce finalement une histoire d’amour avec la perle des lagunes ? Raconte… !

Bien que chacun de nous soit destiné à se construire soi-même, je dois avouer que je suis amoureux de la Côte d’Ivoire et non seulement d’Abidjan. J’y ai galéré un peu au début, mais j’y ai trouvé mes repères…Une histoire d’Amour comme tu dis.

 

Quels sont finalement tes rapports avec ton pays d’origine la France ? Te sens-tu plus Français qu’Ivoirien ou vice versa ?

Je suis Français et fier de l’être, ce qui ne veut pas dire que j’adhère à leurs idées, opinions et autres… J’ai d’ailleurs fuit la France à cause de cela, je ne m’y sentais pas bien. Tout ce qu’on trouve là-bas, c’est tout beau, tout propre, tout neuf. Mais tout ça à un prix: « la survie », je suis moi de nature simple, je n’ai pas besoin d’un château mais d’un toit sur la tête, pas besoin d’une Porche Cayenne, mais d’un véhicule…etc. A l’heure d’aujourd’hui je me sens Ivoirien, noussi, Farafi et non Toubabou !

Même s’il est clair que tu es tombé sous le charme d’Abidjan, je
suis tenté de savoir ce qui ne marche pas pour toi dans le pays en général, dans tes rapports de tous les jours avec les gens ?

Il est très difficile de trouver ses repères lorsqu’on débarque dans un pays où on ne connait personne. Mais en sachant rester soi-même, je me
suis progressivement fait des amis, Ivoiriens, Français, Libanais, Canadiens, Espagnols, Chinois même. Pendant les évènements de 2010 je me suis même fait enlever, humilier et torturer publiquement par les forces de l’ancien gouvernement, pendant toute une journée, à cause
de mon faciès ! Et bien non, je suis encore là, j’aime la Côte d’Ivoire et la Côte d’Ivoire me le rend bien…En revanche, j’y ai
juste appris, qu’il ne faut pas ouvrir sa porte à n’importe qui, qu’il faille en permanence rester sur ses gardes et même si cette règle s’applique partout sur la planète, elle est particulièrement obligatoire ici…

 

On évoque souvent des problèmes de sécurité en Côte D’ivoire, à cause de la politique. As-tu déjà eu peur pour ta sécurité en Côte d’ivoire ?

OUI, mais tout le monde a peur, blancs comme noirs… Ah oui, je ne
parle jamais de politique, ni de religions.

Pourquoi ?

Eh bien c’est là les origines de tous les conflits de la planète, de toutes ces guerres et leurs milliers de morts… Pourquoi à ton avis ?

Quelle est ta situation matrimoniale ?

Je n’ai jamais trouvé chaussure à mon pied, je n’ai pas encore rencontré une personne assez folle pour me suivre. Non! Je gère ce côté sans souci !


Parles-nous de ton actualité prochaine ?

Etant donné que la technologie avance, nous sommes nous-mêmes en permanence en train d’évoluer, professionnellement parlant.
Je dirais que nous allons essayer « MY PROD », car Je suis dans une équipe et que sans cette équipe, je ne serais rien. Notre équipe va tourner quelques courts métrages et publicités, afin de nous installer progressivement dans celle grande famille qu’est la production audio-visuelle.

As-tu un mot de fin ?

Oui, plein, plein, plein ! Non juste que le secret de la réussite est
« le sourire », et que ce qui nous fait le plus avancer dans la vie
c’est « la passion ». Si tu mets ton cœur à l’ouvrage il n’en
ressortira que des belles choses… THE END !

Jean Pierre Gayrard digest:
Fruit préféré : Fraise
Plat préféré : Le Chapon aux morilles, mais les pâtes c’est bon aussi !
Couleur préférée : le Noir
Signe zodiaque : Sagittaire ascendant Sagittaire, le signe pure
Sport préféré : Le Golf
Animal préféré : Le Serpent
Fleur préférée : L’Orchidée bien sûr
Pays de rêve : Le Cambodge

 

Firmin Koto