Suivez Nous

Iconoclastes du monde… unissez-vous !

Firmin Koto | | Edito
firmin koto » Oops ! Je savais plus ou moins qu’elle (et lui aussi) n’avait pas sa langue dans la poche mais là franchement, je ne m’y attendais pas ! » Voilà qui résume très bien les personnalités de nos invités en ce mois d’octobre 2009 : des Iconoclastes.

La première : Aminata Traoré, dit « Black Bové ». Cette bonne-dame bouscule tout sur son passage. Elle a osé prendre position en faveur du non moins célèbre président Zimbabwéen Robert Mugabé, sur le sujet qui lui vaut les plus grandes défaveurs de la communauté internationale : la gestion de son pays. Mais, figurez-vous, pas du tout pour les mêmes raisons que les sympathisants de ce dernier. Considérant que ce qu’on reproche au dictateur (la faillite de l’économie, le non-respect des droits de l’Homme, l’appauvrissement de la population) serait dû en grande partie à la politique menée par l’ancienne puissance coloniale, le Royaume Uni et au non-respect de ses engagements. Elle renvoie les « donneurs de leçons », c’est-à-dire les pays occidentaux, à leur propre manquement (guerre contre l’Irak, crise économique, politique migratoire…) !

Yannick Noah, l’ancienne gloire du tennis français et leur personnalité préférée, a aussi du chien. Sa côte auprès de ses compatriotes y a peut-être quelque chose à voir. Tout comme la malienne, il a décidé d’aller au-delà du discours pour passer l’action. Comme s’il désespérait des pouvoirs publics quant à leur capacité — leur volonté ?— à réaliser le changement qu’on attend d’eux, à savoir se pencher sur le cas des couches les plus fragiles, à défaut de partager équitablement les ressources. La légende du tennis collecte des fonds, construit des courts de tennis dans les HLM et partage sa passion de ce sport pour laisser ne serait-ce qu’une alternative à ceux qui sont victimes du cul-de-sac social.

Quelques fois, il est nécessaire de détruire pour construire. Pourquoi pas après tout, si cela peut éviter de construire sur des fondements mouvants ? Alors, Iconoclastes de monde, unissez-vous !