Suivez Nous

Stockholm : Youssou N’Dour reçoit le Polar Music Prize

Brigitte Gacha | | Diaspora

Artiste et Ministre de la culture,  Youssou N´Dour a reçu le  prestigieux « Polar Music Prize »

La place Hötorget, où se situe la maison du Concert de Stockholm, pendant deux jours a vécu à l’inaccoutumée à l’heure de l’Afrique.

Cette place, qui quotidiennement sert de marché dégage des senteurs de fruits et de fleurs venus d’ailleurs.

 Il fait beau et chaud comme sous les tropiques.   L’imposante sculpture de Carl Milles, « Le groupe d’Orphée » Orpheusgruppen »,  raffraîchit avec ses jets d’eau l’air alentour.

 Dans la salle-même, les murs exhalent un parfum différent des jours ordinaires : ses  effluves proviennent du monde entier. L’assistance endimanchée est hétéroclite : famille royale, nobles, bourgeois, ministres , gens du peuple, noirs, blancs, tournés vers la scène… Salle comble !

Tout cela pour faire honneur à un fils d’Afrique : Youssou N’Dour.

Et pour cause : Il reçoit le Prix le plus prestigieux de la Scandinavie en matière de musique : « Le Polar Music Prize ». Des mains-mêmes du roi de Suède.  De milliers d’appareils ont éternisé l’instant où sa Majesté le roi de Suède remet son prix au lauréat !

Salle  comblée !   Applaudissements.

Youssou N´Dour est un habitué des prix. Il en a reçu plusieurs de par le monde. Celui d’Egypte, pour ne citer que celui-là. Mais le « Polar Pris » , que d’aucuns qualifient à juste titre de « prix Nobel de la Musique » !

 Après Myriam Makéba, il sera le deuxième Africain à l’avoir reçu depuis sa création en 1989.

Youssou N’Dour clame sa fierté ! Il  considère son prix comme un Prix d’Excellence. Il est plus que content ! Qui ne l’est pas ! Non seulement la Diaspora africaine , les Sénégalais de Suède et du pays auraient du mal à cacher leur modestie s’ils voulaient en faire usage ici : au contraire ! ils éclatent de joie dans leurs tenues d’apparat !

C’était la cérémonie de la remise de prix d’hier.

Aujourd’hui le 28 Août… Il revient. L’habitué , le locataire du Koncerthuset. Il offre un concert. Nous sommes tous là : blancs de Scandinavie et d’ailleurs, africains du Sénegal, du Cameroun , Côte d’Ivoire et d’ailleurs , dans un melting pot impatient de voir Youssou N´Ndour le lauréat.

Yousou est venu presqu’à l’heure. Juste une quinzaine de minutes d’attente et… Le voilà accompagné d’une dizaine de musiciens et de leurs instruments qui emplissent la scène.

Le voilà enfin, Youssou en chair et en os pour ceux qui ne l’ont jamais vu : ce petit-fils de griot par sa mère est cet élégant personnage habillé d’une ngandoura couleur ivoirine qui tranche avec sa peau couleur de café bruni au soleil ; il chante ; sa voix est originale : celle-ci,  claire et limpide  semble sortir des profondeurs des terres ancestrales ; elle s’élève haut , parsème sans parcimonie ses notes plaintives ou joyeuses dans l’espace et  fait fondre d’émotion et de joie les retenues de tout ordre.

Par la suite,  à l’africaine, il a enjoint la salle à chanter, claquer des mains, avec lui et la salle, charmée, séduite, s’est laissée entraînée. Sa voix est « un fluide d’or «  comme l’a dit Peter Gabriel, un fluide d’or de source. ..d’Afrique.

Youssou n’est pas seulement artiste. Il est aussi ministre de la Culture au Sénégal. Ce n’est pas pour sa qualité de ministre qu’il a reçu le prix.

Après quelques tours de chansons, accompagnés de son danseur émérite et des musiciens virtuoses,  où la salle diverse a assouvi sa curiosité exotique pour d’aucuns, ses exigences pour d’autres,  l’artiste a revêtu l’image du ministre de culture qu’il est pour déplorer que l’on ne connaît l’Afrique que pour trois choses : Le Sida, (Hiv), la Guerre, et la Corruption. Pourtant, dit-il en l’occurrence, la vraie Afrique est plus que cela. Elle est vraiment belle. On lui fait injustice en occultant sa beauté derrière ces trois fléaux.

 Le message est compris. Comme beaucoup d’africains, le ministre de la Culture qu’est l’artiste et lauréat Youssou N´Dour veut promouvoir une autre image de l’Afrique que celle que l’on lui connaît. Cette image est en tout positive.

Quand l’homme cumule le rôle d’artiste et de ministre de la culture, quelle voix d’or et quelle voie d’honneur il ouvre à l’Afrique vilipendée et interdite d’accès au monde moderne.

Félicitations l’artiste !

Félicitations monsieur le Ministre !

Félicitations Youssou N´ Dour, digne fils et ambassadeur de l’image de l’Afrique de demain.

Puissent les cieux en susciter beaucoup d’autres.

Brigitte Gacha