Suivez Nous

Comédie : Patson à cœur ouvert…

Firmin Koto | | Diaspora
Patson-2

Source : olympiahall.com

Il est des personnes qui s’illustrent d’une manière spéciale dans le domaine culturel et artistique en France. Aux côtés des humoristes de renom tels Dieudonné ou Jamel Debbouze, il faudra désormais  compter avec  Patrice Kouassi alias « Patson », un talent unique qui fait déjà parler de lui dans le milieu artistique de l’humour français. Mais, le nom Patson  ne rappelle pas grand chose aux mélomanes Africains voir Ivoiriens.

100%culture a rencontré dans un café parisien, ce bouillant jeune homme au verbe à la fois beau et aisé et aura le plaisir de le présenter  à ses lecteurs tout en dégustant ensemble avec lui un bon chocolat au cacao de Côte d’Ivoire.

« YES PAPA… »

 

Merci Patson d’avoir bien voulu accepter cette entrevue avec 100%culture malgré votre programme chargé…

De rien, merci, y’a pas de quoi !

 

A propos, « Mon nom est Patson » est votre nouveau spectacle. A l’affiche depuis maintenant un an, d’abord au Théâtre du Gymnase et depuis septembre au Palais des Glaces, il connaît un franc succès ! Quel est le secret de cette nouvelle recette?

Mes trois spectacles Dieu merci ont toujours fonctionné! Le succès de mes spectacles réside dans mon écriture et dans mon jeu de comédien. Je suis comédien de formation. Je suis proche de mon public, il faut savoir garder le côté humain.

 

Avez-vous aujourd’hui le sentiment d’avoir fait le bon choix avec le « Stand Up »?

Oui, j’ai fait le bon choix, je vis de ça et je suis content, je rends les gens heureux. Par contre, si j’avais gagné facilement de l’argent, je me serai ennuyé !

 

Comment arrive t-on à faire passer cette écriture pour un public de haut standing? Ce qui ne vous empêche pas d’être toujours proche des communautés défavorisées ?

Je ne sais pas quel jour tu es venu mais mon public c’est la France du bas. Tu t’es trompé de salle (rires) !! Il n’y a pas de public bas ou haut standing, le principal c’est de respecter mon public. Je ferai tout pour réunir un public cosmopolite, rassembler tout le monde.

 

Devrait-on retenir en dépit de tout que Patson est un artiste engagé?

Oui, je suis une personne engagée parce que je suis un humain, un citoyen mais Patson en tant qu’artiste ne fait pas de politique.

 

On vous sait très en contact avec votre terre natale (la Côte d’Ivoire), mais par une autre forte bonne manière: l’agriculture. D’où vient cette passion?

Oui, je suis liée à ma terre natale qui est la Côte d’Ivoire, à l’Afrique mon continent, à la France mon pays et au monde parce que je suis un être humain. C’est très important pour l’équilibre d’une personne. Il ne faut pas oublier ses racines. Oui je suis passionné par l’agriculture car c’est la terre qui nourrit les hommes et non pas l’inverse. Aujourd’hui, dans le monde où nous vivons, tout le monde quitte la terre pour aller en ville. L’agriculture c’est vraiment le poumon de cette vie!

 

Pour revenir à l’humour, on a coutume de dire que l’humour permet de dédramatiser les sujets délicats à traiter. Quelle est votre opinion sur cette affirmation?

Oui, l’humour permet d’aborder des sujets toujours avec respect sans blesser et sans méchanceté. On n’utilise pas l’humour pour régler ses comptes mais plutôt pour oublier ses comptes en banque!

 

 Que pensez-vous du cas « Dieudonné »?

Chacun son problème, ce n’est pas mon souci. Si, il pouvait faire un peu de pub pour moi, pour remplir ma salle! Ce sont les cas mondiaux qui me touchent.

Dans la vie quand tu t’abaisses pour regarder le cul de quelqu’un, vérifie que quelqu’un d’autre n’est pas derrière toi pour regarder ton cul!

 

L’humour, pour un Africain en France, ça ne doit pas être évident non? Parlez nous un peu de votre début?

Peu importe sa couleur, ce n’est pas facile. Seul le travail paye. Je fais de l’humour pour tout le monde. L’Afrique ou la couleur ne doit pas être un frein.

 

Êtes-vous en contact avec les humoristes de la Côte d’Ivoire ?

Oui, je donne des conseils à certains, j’essaye d’en aider certains. Je ne donnerai pas de nom parce que ça va faire des jaloux!! Il y a de très bons comédiens en Afrique et en Côte D’Ivoire mais ils n’ont pas assez de moyens pour s’exprimer.

 

Quels sont donc les rapports qui vous lient à eux ?

La fraternité, l’amitié et le respect mutuel. Ce sont des frères. On s’apporte des choses mutuellement.

 

Projetez-vous de conquérir le public Abidjanais un de ces jours ? Cela paraîtrait-il difficile non au regard des thèmes abordés?

J’ai déjà ce public! Je vais au pays! Je suis Ivoirien, pourquoi je ne ferai pas rire un ivoirien. Je fais rire partout alors même si un Ivoirien ne voit rien, il entend quand même! C’est une blague européenne!

Est-ce qu’un boulanger Ivoirien faisant du pain en France ne peut pas faire du pain en Côte D’Ivoire?

 

 Comment avez-vous rencontré Jamel Debbouze ?

Avec mes yeux! Même si je suis Ivoirien comme disent les gens!

Il est venu me chercher quand j’étais au théâtre pour faire partie du Jamel Comedy Club! Ensuite, j’ai tout fait pour amener Jamel en Côte D’Ivoire et au Gabon.

 

Quels rapports entretenez-vous avec les autres membres du groupe ?

On a toujours de bons rapports, chacun fait sa route avec ses projets. On ne s’appelle pas pour aller à la chasse! Chacun voit midi à sa montre même ceux qui n’ont pas de montre ! Mais en tout cas quand on se voit, on est ensemble…

 

Vous êtes assez impliqué dans l’humanitaire, en étant au service du bien-être social des autres. Quels domaines vous intéressent particulièrement Patson?

J’ai toujours fait du social, j’ai une association depuis 1996 dans l’humanitaire, je continue car les gens ont besoin de moi, il faut se rendre utile.

J’ai été éducateur aussi. Je sais ce que c’est la galère.

Les gens payent pour venir au théâtre, il faut penser aux autres et redonner en échange. Ce sont les gens qui te font.

Une personne qui monte à un arbre fruitier avec un sac, il oublie ceux qui sont en bas. Par contre si, il n’a pas de sac, il va faire tomber les fruits et en laisser à ceux qui sont en bas!

 

Si vous avez un mot de la fin pour ces personnes qui vous sont si chères. 

Allez au revoir!

Non je reviens parce qu’ils vont m’insulter! En tout cas je vous aime et aimez-moi !

Celui qui m’insulte, qu’il me donne son adresse et je lui enverrai un cadeau!

« Yès Papa , c’est cadeau »…

 

Firmin Koto

Mots-clefs : , , ,