Suivez Nous

Rencontre avec un génie en dessin d’architecture : Emmanuel Soulama Milmon

Arrêter  les cours en classe de 3ème n’a pas n’a pas  été un obstacle pour le jeune Emmanuel Soulama Milmon. Bien au contraire cela lui a permis de donner libre cours à sa passion : le dessin d’architecture.

Lorsqu’en  classe de 3ème, Emmanuel arrêta ses études pour insuffisance de moyens financiers, son entourage a pensé qu’il était fichu pour la vie. Mais que nenni ! Sa passion pour le dessin depuis l’école primaire ne l’a pas lâché. « Comme l’enseignement était  de type général, je ne pouvais pas me focaliser sur ma  passion qu’était le dessin« , se rappelle-t-il.  Déjà à l’école primaire lorsque l’instituteur lui demandait de faire un dessin il ne faisait que dessiner des maisons.

Après l’arrêt des études, le passionné de dessin d’architecture voulait coûte que coûte dessiner des plans de maison mais sans ordinateur, il lui était impossible de réaliser son rêve. Ses différentes requêtes pour obtenir un ordinateur s’avèrent vaines. Mais loin de se décourager, il attendait  l’occasion pour la saisir. Le hic c’est qu’il ne maîtrise pas non plus l’ordinateur. Comment  résoudre cette équation ?

Emmanuel profitait des différentes courses que son père lui faisait faire dans les secrétariats publics pour se familiariser à l’outil informatique. Il observait  avec attention la secrétaire du quartier saisir les différents textes qui lui passaient sous la main. De fil en aiguille il s’orienta vers les cybercafés pour mieux avoir des notions en informatique. A un moment donné, l’astuce se révéla un casse-tête parce qu’Emmanuel n’avait plus assez d’argent pour justifier sa présence au cybercafé. Une amitié stratégique se noua entre lui et la secrétaire du cyber de sorte qu’il pouvait passer plus de temps à ses côtés pour apprendre les rouages du métier. Une chance inespérée viendra éclaircir l’horizon de notre futur génie en dessin d’architecture. La secrétaire quitta son emploi.

Voilà donc pour Emmanuel une occasion en or pour  approfondir ses connaissances. « Ça été une occasion  inespérée pour moi de remplacer cette dame parce que  j’ai trouvé là l’opportunité de bien maîtriser  l’outil informatique de façon autodidacte. J’ai  profité pour maîtriser certains programmes et logiciels de dessin ».  Suite à une panne de la machine, le secrétariat a dû fermer. Et revoilà Emmanuel avec des soucis. Heureusement que non loin de là une dame voulait ouvrir un  autre espace. Il postula à l’emploi et fut retenu. Il  mettra cette occasion à profit pour mieux faire connaissance avec le logiciel Publisher. Mais pour le dessin, il était impératif d’avoir le logiciel de dessin Autocad. Sa rencontre avec M. Ouédraogo Michel allait faciliter les choses mais hélas ce dernier n’a pas voulu lui donner ce logiciel estimant que l’apprenant n’en avait pas la maîtrise.

Cet épisode fut une frustration pour Emmanuel. Mais loin de se  décourager il multiplia ses recherches. Achi Eric, l’homme providentiel qui possédait ce logiciel croisa le chemin d’Emmanuel. En fait, le jeune ingénieur en bâtiment a été séduit par un dessin d’Emmanuel qui trônait dans les locaux d’une station de radio à Ouagadougou. Par l’intermédiaire du pasteur de l’église que nos deux jeunes fréquentaient, le contact se crée. « J’étais toujours à la recherche du  logiciel Autocad mais en lieu et place je suis tombé sur  un logiciel français Architecte 3 D version démo. J’ai  pu l’installer sur mon ordinateur en attendant d’avoir celui que je recherchais activement », se  souvient-il. C’est en ce moment qu’Emmanuel commença véritablement à faire des conceptions architecturales.  C’est alors que la  nouvelle tomba : M. Achi qui possédait le logiciel tant recherché a accepté de le graver sur CD pour Emmanuel. Le logiciel en main, l’étape de l’installation s’avéra une vraie galère puisque l’apprenti-architecte n’en savait pas grand-chose. Grâce au logiciel Architecte 3D il sut finalement comment installer Archicad. Ayant désormais des notions  en la matière, Emmanuel commença à s’y exercer. Même quand le bureau fermait, il y restait très tard pour mieux appréhender ce précieux outil de travail  indispensable à l’architecte moderne.

En 2009, il commença un stage dans un bureau  d’études d’architecture. Chose surprenante, ce cabinet ne disposait du logiciel Archicad et les dessins se faisaient à la main. Une situation assez insolite qu’Emmanuel n’arrivait pas à comprendre pour un cabinet de cette envergure. Le responsable du bureau lui demanda donc de former les travailleurs à l’utilisation du  logiciel Archicad. Une expérience enrichissante qui permit à Emmanuel de comprendre que dans la vie seule la passion  peut nous permettre de réaliser nos rêves.

Dire qu’un  autodidacte en architecture venu en stage se retrouve en  train de former tout un cabinet en dessin d’architecture. Il faut vraiment avoir le culot et le courage de le faire. En tout cas Emmanuel l’a bien  réussi.

Aujourd’hui ce jeune burkinabé pétri de talents n’a qu’un seul vœu : ouvrir un cabinet international en assistance informatique destiné aux architectes. Ce cabinet aura pour vocation selon lui de servir de médiateur entre l’école et la vie professionnelle dans le domaine de l’architecture. Tous nos encouragements à ce jeune prodige qui a besoin du soutien de l’Etat et des institutions financière pour la réalisation d’un projet de cette envergure. L’Afrique a vraiment d’incroyables talents.

© Emmanuel Soulama Milmon

© Emmanuel Soulama Milmon

© Emmanuel Soulama Milmon

© Emmanuel Soulama Milmon

 

Raymond Alex Loukou