Torticolis à Rennes

Torticolis-a-Rennes

Mes proches me demandent souvent pourquoi je fais des photos d’architecture…. À vrai dire je crois que c’est pour obliger les citadins à lever la tête… J’ai vécu plusieurs années à Paris, où j’avais l’impression que l’on vouait un véritable culte à ses chaussures… Alors qu’il y avait tant de belles choses à voir autour ! Peut-être que c’est mon côté journaliste qui m’a donné envie de leur ouvrir les yeux.

 

Quand je suis dans la rue en train de photographier les bâtiments, neuf fois sur dix les passants lèvent la tête pour voir ce qui attire mon attention… !

Je m’intéresse à l’architecture depuis longtemps, notamment grâce à un ami taïwanais, Chia-Chou Wu, qui m’a fait découvrir entre autres la chapelle de Ronchamp, imaginée par Le Corbusier. J’ai aussi été très marquée par le film « My Architect », réalisé par le fils de Louis Kahn.

 

Pour moi les architectes sont non seulement des créateurs, mais aussi des visionnaires…

Je photographie essentiellement des bâtiments modernes, ce qui ne m’empêche pas d’admirer les vieilles cathédrales, en particulier celle du Mans, ma ville natale, ou encore celle de Dol-de- Bretagne.

 

L’architecture peut nous apprendre beaucoup sur l’histoire d’un peuple.

J’ai eu la chance de travailler dans des villes comme Brasilia ou Budapest. J’y passais des heures et des heures le soir et le week-end, à me promener dans les rues, mon appareil à la main : clic-clac, une cour abandonnée, clic-clac, l’esplanade des ministères, clic-clac, le parlement…

 

            Ici il s’agit de « matière brute ».

Les photos du livre « Torticolis à Rennes » ont été prises entre 2009 et 2017, au hasard de mes déambulations dans cette ville où je vis aujourd’hui, pour mon plus grand bonheur. Je ne me lasse pas de la parcourir. J’y fais tous les jours de nouvelles découvertes qui m’enchantent. Je  photographie essentiellement des détails des bâtiments, rarement un immeuble entier. Je privilégie les formes géométriques, très graphiques, très épurées. J’aime que le ciel soit bleu lors de mes sorties. Un ami m’a même dit un jour que ce n’était pas les immeubles, mais le ciel, que  j’immortalisais. Parfois on distingue un oiseau qui vole, une branche d’arbre… histoire de dire que la nature n’est pas complètement absente.

On trouve souvent que les architectes (comme la plupart des artistes) ont un petit grain de folie. J’aime leur folie. Je conclus donc avec cette citation d’Erasme :

« C’est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous ».

 

Christine Vainqueur

(Rennes, le 11 avril 2017)

Lien pour commander le livre : http://www.blurb.fr/b/7861731-torticolis-rennes