Web série : « De l’amour au Rwanda », Quand l’amour survit au genocide

Firmin Koto | | Cinéma
web-serie-de-l-amour-au-rwanda

© TV5 Monde

Au delà de la période de la saint valentin où il aura surement connu un pic d’audience important sur le site de TV5 Monde depuis sa diffusion le 9 février 2017, la web-série « De l’amour au Rwanda », se présente tout de même comme la saison des amours qui survie au génocide au Rwanda.

Dans l’effervescence de la reconstruction d’après génocide, les rwandais, parce qu’ils ont besoin d’aller de l’avant et de se sentir vivants cherchent donc l’amour. Pour y arriver, la nouvelle génération utilise les réseaux sociaux et les sites de rencontres pour aller à l’encontre de l’âme soeur tout en sachant que des possibilités de rencontre avec quelqu’un qui n’est pas forcément de son clan « tutsi ou huttu » sont plus qu évidente.

Une vision peut être de la part du réalisateur à mettre en valeur la panacé sentimentale et sociale de la nouvelle génération consciente des conséquences du génocide, cet événement tragique qui façonne l’intime et le quotidien des rwandais encore aujourd’hui.

En empruntant donc aux codes du site de rencontre, De l’amour au Rwanda, cette web-série romantique parle de célibataires, de couples et de familles en quête d’amour au Rwanda d’aujourd’hui. Et nul ne semble mieux en parler que les Rwandais eux-mêmes.

Cette série de documentaire tranche radicalement avec l’image d’un peuple fuyant en permanence les menaces d’instabilité. Et c’est là même que cette série de documentaire tire son essence. Motivée par le devoir de mémoire, la réalisatrice Jacqueline Kalimunda a donné la parole à des hommes et des femmes, à travers ce documentaire transmédia et une web-série sur l’amour au Rwanda, vingt ans après le génocide. Une démarche délicate, qui réveille des souvenirs douloureux mais qui interroge aussi l’avenir de tout un pays. On veut savoir : à quoi rêvent les jeunes Rwandais ? Comment renaît t-on à l’amour dans une société marquée par la haine ? Comment se reconstruit la vie affective quand les liens amoureux et familiaux ont été détruits ?

Jacqueline Kalimunda, réalisatrice trentenaire, n’en est pas à son premier coup d’essai cinématographique. Après avoir produit et réalisé, souvent en collaboration avec des sociétés de production internationales, Homeland (un voyage à travers le Rwanda, une rencontre avec deux générations de Rwandais) primé en 2006 ou encore la série télévisée panafricaine Imagine Afrika, diffusée dans 35 pays africains sur des chaînes publiques en anglais, français, portugais, swahili, zulu…, elle retourne au pays natal, le Rwanda, en 2014, saisie par un phénomène en particulier : celui des rencontres amoureuses sur Internet. Sous ses yeux, elle observe tout un pan de la société partagé, car n’ayant pas connu le génocide mais souvent rattrapé par le poids de la Mémoire.

 

Firmin koto