Flaviana MATATA : Priorité de l’éducation en Tanzanie !

Firmin Koto | | Mode
Flaviana-matata

En Tanzanie FLAVIANA MATATA est considérée  comme une reine de la beauté et de la mode mais aussi une dame au grand cœur. Le top modèle Tanzanien est toujours resté dans l’estime de sa patrie depuis qu’elle a inscrit en 2007 la Tanzanie au palmarès de MISS UNIVERS. Ayant continué à représenter son pays dans le concours de Miss Univers la même année, où elle est placée parmi les Top 15 demi-finalistes pour finir à la 6ème place après la compétition de robe de soirée.

FLAVIANA MATATA était  en ce temps la première concurrente Tanzanienne à participer à Miss Univers, et de rivaliser avec la tête rasée.
Le temps est bien passé, mais  FLAVIANA MATATA est toujours restée d’actualité dans sa Tanzanie natale où à travers sa fondation FMF, elle essaie de redonner espoir à un peuple pour lequel, elle est toujours restée dévouée.

N’empêche sa carrière de top model s’organise d’autant plus bien qu’elle a récemment modélisé des publicités imprimées pour Sherri Hill. En Mars 2011 MATATA avait aussi remporté le modèle de l’année par Arise Magazine à la « Fashion Week » de Lagos, elle a également figuré dans les magazines américains Dazed & Confused, Verre Magazine, L’officiel et également ID Magazine. Flaviana Matata a également fait une modélisation de la piste pour des marques comme Mustafa Hassanali, Vivienne Westwood, Tory Burch, Suno, et Louise Gray et a figuré dans l’hommage du film Alexander McQueen et annonce Topshop printemps 2011 campagne.

Celle pour qui, redonner l’espoir, le sens du bien-être dans une forme d’éducation, semble toujours une vocation dans le style d’un art qui noue des liens très fort comme vêtu d’une humanisation quotidienne dans laquelle, MATATA a grandi. Elle avait le soutien de tous et  pouvait se rassurer que son père soit très un homme de valeurs, fort et très croyant. Le soutien à l’éducation forge son implication à la petite famille et le reste du monde.

FLAVIANA MATATA qui était la cadette de la famille rêvait alors à une profession d’ingénieur, branche qu’elle a d’ailleurs suivie dans son cursus scolaire avant que le mannequinat ne prenne le dessus, son rêve. Cependant pour elle ce n’est qu’une partie remise.

A cheval entre ses activités caritatives et celle de top modèle FLAVIANA  peut tout de même en tant que leadeur d’opinion se prononcer sans détour sur la perception africaine du canon de beauté.

A ce sujet, elle ne considère pas qu’il y ait de beauté idéale. Pour elle, on devrait apprendre aux jeunes Africaines que la beauté va au-delà de l’apparence physique et aux stars que nous voyons constamment dans les médias. « En étant mannequin, je vois que mes collègues se heurtent à l’idéal de beauté imposé. Oui, c’est un problème chez les jeunes filles, un problème qui a été créé par les médias. Nous devons réagir en discutant ouvertement de la définition de la beauté. Nous devons enseigner aux jeunes femmes que la beauté, c’est développer des qualités, accéder à l’éducation, trouver sa propre voix, être indépendante » confiait elle récemment à un confrère. »

Et c’est d’ailleurs, cette raison par laquelle la sublime Tanzanienne  n’a cesse de mettre l’école et l’éducation en avant dans les actions de sa fondation parce que penses t-elle que c’est finalement la solution à long terme qu’un peuple soit éduqué.

La  Fondation (FMF) de FLAVIANA MATATA, a donc pour vocation de venir en aide aux plus démunis et n’hésite pas de paraphraser Nelson Mandela qui disait que  : « L’éducation est l’arme la plus puissante dont nous disposons pour changer le monde ».

 

 

Firmin Koto