THALMAS ORPHELIE, IVRESSE D’UNE PASSION

Desire Amani | | Média
THALMAS ORPHELIE 1
D’origine Ivoirienne THALMAS Lasme Orphelie, jeune élite de la nation « Ivoirienne » est née à Treichville, une des communes de la ville d’Abidjan. Diplômée de Droit, spécialisée en Droit international public,  elle reste en demeurant une fidèle   passionnée pour les Arts et la Culture. Pressentie par ma famille pour une carrière de journaliste dans la fleur de l’âge jeune, elle choisis après l’obtention du  Bac littéraire série A1, de faire des études en Droit.
 
Elle prend plaisir en 2012, pendant son stage à mi-temps avec le magazine Ivoirien TIPS,  d’animer une page Facebook qui rassemble toute sa passion pour la famille des arts en général et les Belles-lettres, notamment la musique, la littérature, ou encore le cinéma Africain, sans ambition autre que de faire partager son univers avec le tout-monde. Respectueuse et très consciente de tout son répertoire sensoriel, peu à peu, au fil des abonnés, elle gagne en maturité et est repérée par les médias.  Quel baume ! Sa foi de repenser la matrice de diffusion dans les espaces d’organisation est récompensée très visiblement avec naissance de sa toute première création numérique : Le blog Rythmes d’Afrique, Racines (RAR).  
 
 
Cependant, sa fibre professionnelle s’exalte en s’affirmant naturellement sans effort et impérativement elle décide de faire des interviews et des reportages. Pour nourrir sa conviction dans l’action culturelle, Orphelie marque son passe-temps avec plus de sérieux et d’engouement professionnel bien que cela soit pour elle un « dada ».
 
Elle l’atteste poétiquement avec une ferme franchise honorée : « Financièrement on sent passer ses efforts mais on se sent épanoui. »
 
Au fil de temps, notre jeune Orphelie THALMAS transforma son blog (RAR) en une plateforme d’informations et de divertissement dans l’ultime but de s’atteler à faire la promotion des Arts et de la Culture africaine. Elle est restée très constante au service de la collectivité sociale en alimentant ce blog avec une relative régularité au gré de son emploi du temps d’étudiante.
 
Son activité flambe en 2013, lorsque son blog est détecté par une société de téléphonie mobile de la place. Ainsi, elle participe pour la première fois à une conférence de presse et fait des reportages aux côtés de journalistes professionnels. Elle conserve davantage son amour pour la chose et confirme à sa génération et à toute la Côte d’Ivoire qu’elle est plus déterminée, encouragée et très engagée à mieux faire pour l’émergence de sa patrie.
 
L’année 2014 fut la victoire attendue. Elle est officiellement accompagnée par la société de téléphonie en question et après quelques mois, elle reçoit le prix du travail abattu. Elle est primée dans le cadre de l’EVOIR BLOG AWARD, meilleure « blogueuse » en Côte-d’Ivoire.
 
Ainsi sous la protection de l’art et de la culture, elle établie une communion parfaite avec l’aide de deux amis, Fatim DIABY et Jean Yves KALOU, et fondent la « team RAR ».  La mission de la « team RAR » est la mise en forme d’une stratégie de communication médiatique sous un angle d’une couverture de presse plus ouverte sur des reportages vidéos au travers des activités artistiques et culturelles : Event,  expositions, festival, conférences de presse, colloques, séminaires, interviews…
La force de RAR est de détecter par le biais de ses lanternes sur tous les fronts,  toutes haleines possédant singulièrement une vibration à sonorité artistique et culturelle.
 
Le 24 janvier 2015 à Le Basquiat Art Gallery, RAR devient un webzine, et est présentée sous la nouvelle plateforme à cette adresse www.rythmafriq.com.
En mars 2015, cette « team RAR » co-organise la cinquième session de « 60 MINUTES GRAPHISME », un rendez-vous d’échange sur le thème : Photographe professionnel, photographe amateur, quelle différence ?
 
Parallèlement à la gestion de cette plateforme, Orphelie continue à se former de façon ponctuelle à la rédaction journalistique et à la création de contenu web, sans laisser choir sa formation de juriste. Formation qu’elle a peaufiné auprès de la direction de la Francophonie le temps d’un stage où elle avait en charge la préparation des accords bilatéraux au plan culturel entre la Côte d’Ivoire et les autres  pays du monde.
 
Son désir ardent aujourd’hui en cette ère de 2016, est de vouloir perfectionner son niveau de langue précisément en Anglais aux fins de séduire en attaquant pertinemment le marché de l’emploi et de l’entrepreneuriat.
 
Symboliquement à une pierre précieuse, ORPHELIE THALMAS et AWA SAKINAN COULIBALY, la chargée de communication de la biennale des arts-visuels « Grand prix Guy NAIRAY  2016 », ont doublement marqué positivement la scène médiatique lors de cette 6ème édition du GUYZAGN 2016 ; d’où l’artiste sculpteur YAO BARTH BABLOND  a été consacré Grand prix GUY NAIRAY 2016.
Très belle preuve THALMAS Lasme Orphelie. La récompense a toujours été au bout de tout effort, car le fruit qui a atteint une maturité, quelque soit la couleur du temps dans l’espace,  finit sans effort par reconnaître passionnément d’où il a été semé.   
A suivre …
 
Désiré AMANI