Mode : Afle’s Universe magnifie les Perles

Badjo DAGBO | | Mode

COLIER

Mme Eugénie Fresnelle  NGUESSAN épouse KREKRE est une passionnée  d’art et de culture. Psychologue de formation, Mme KREKRE a longtemps enseigné et travaillé comme conseillère ex-qualité dans plusieurs ministères. C’est sa fonction de conseillère psychologue d’orientation dans le secteur éducation  formation qui a le plus dominé sa carrière de fonctionnaire. Également diplômée en communication, Mme KREKRE ajoute une autre corde à son arc avec une licence. Entre multiples  occupations, l’artiste trouve le temps d’exercer  sa  passion. Les perles.  Créatrices de bijoux et d’objets d’art en perles, le talent de cet artiste de l’ombre est unique et sans égal au vu de la finesse des œuvres d’art qu’elle réalise dans son atelier. Le choix des matières, la variation des formes, l’association des couleurs, le ton sur ton et l’agencement des matières alliant perles traditionnelles africaines et cristaux modernes donnent à ses œuvres une allure spécifique et particulièrement majestueuse. (Du Nom d’un des colliers en cristaux et perles africaines faisant partie de sa riche collection).

Discrète mais très efficace, Mme KREKRE consacre pour l’instant le plus clair de son temps à penser, concevoir, imaginer et réaliser des pièces dans son atelier à Abidjan. Elle est sûrement connue par ses pairs, collègues, élèves et étudiants  comme psychologue mais pas encore comme artiste.  Et pourtant Mme KREKRE est dotée d’un immense talent qui fait d’elle un artiste caché des perles qu’elle magnifie avec dextérité et art dont elle seule a le secret.

100pour100culture l’a rencontrée pour vous pour qu’ensemble nous découvrions le savoir-faire de cette belle Perle  de la savane ivoirienne à travers cette interview qu’elle a bien voulue nous accorder pour partager avec nous sa passion.

Madame, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de 100pour100culture svp ?
Je suis Madame Krékré N’Guessan Eugénie Fresnelle, mariée, mère d’une adorable jeune fille. J’ai une Licence en psychologie, une Licence en communication. Je suis également conseillère psychologue d’orientation scolaire et professionnelle. Et depuis peu, je suis Directrice d’Afle’s Universe. Afle signifie perles en Baoulé de Côte d’Ivoire et Universe, c’est l’univers en anglais. En associant les deux mots dans deux langues différentes, l’une en langue locale africaine et l’autre dans une des langues les plus parlées au monde, j’ai voulu traduire l’idée « d’univers des perles » que j’essaie de bâtir à mon modeste niveau. La mondialisation, la globalisation du monde, le village planétaire, toutes ces questions actuelles ne concernent pas seulement l’économie ou la politique  mais aussi et surtout l’art et la culture. C’est un fabuleux brassage qui est, par excellence la manifestation de l’interdépendance du monde, l’interférence des cultures. Mes œuvres en sont une parfaite illustration.

Comment êtes-vous venue à l’art des perles ?
Je suis africaine et les perles font partie de la culture africaine. Elles ont presque bercé mon enfance. Elles ont toujours suscité en moi à la fois une curiosité et une séduction. Déjà très jeune, je m’amusais à porter les perles de ma mère qui elle-même ne sortait jamais sans être parée de perles parce que selon elle, elle avait l’impression  que quelque chose lui manquait sans les perles. Chaque petite fille africaine sait de quoi je parle. Et d’ailleurs, je pense que vous en tant que femme africaine devez vous aussi avoir votre histoire avec les perles. Me concernant toutefois, je dirais que j’ignorais que la curiosité qui m’animait à ma tendre enfance deviendrait au fil du temps une véritable passion aujourd’hui.

D’où tirez-vous votre inspiration ?
L’inspiration me vient généralement de tout et particulièrement de la recherche de la beauté, de l’harmonie des formes, de la diversité des couleurs, des animaux, des objets  de l’environnement que nous côtoyons au quotidien.
Avez-vous suivi une formation de base en la matière ?
Non. Au début, c’était mon hobby, mon passe-temps, ma distraction. Mais, à partir du moment où  je me suis rendue compte que cette passion prenait une place importante dans ma vie, j’ai commencé à avoir une vision. Et cela je la dois à l’encouragement de mon entourage et surtout le soutien de mon époux et de ma fille. Leur rôle a été déterminant dans le sérieux que je consacre désormais à l’art des perles. Afin de donner une orientation professionnelle à cette passion qui m’habite, j’ai décidé de prendre des cours et de faire des stages de perfectionnement pour renforcer mes capacités naturelles, les affiner et apprendre auprès de spécialistes de nouvelles techniques de conception et de réalisation. J’avoue que c’est un travail prenant, absorbant qui nécessite beaucoup de patience, de concentration, de précision et de minutie. Ça me convient parfaitement. Et ma formation de psychologue m’y aide  beaucoup.
Quelles sont les catégories de perles que vous utilisez ?
Je travaille avec toutes catégories (pierre, plastique, verre, cristal, etc.), formes (ronde, ovale, cube, cylindre etc.). Toutes les qualités de perles m’intéressent. Des plus précieuses aux moins précieuses, des perles rares aux plus courantes.  L’astuce est de savoir  faire le juste choix pour le Design désiré. L’élégance et la beauté des créations dépendent du bon choix des perles et de leur combinaison harmonisée.

Rencontrez –vous des difficultés particulières dans la disponibilité des matières de base à la confection de vos modèles ?

Oui. Les difficultés que je rencontre sont essentiellement liées à l’approvisionnement et aux coûts des matériels de base. Vous savez, en Côte d’Ivoire, le marché des perles est très peu développé, peu riche et même difficilement achalandé.  Du coup, le matériel de base reste limité voire rare. Par conséquent, il y a assurément une répercussion sur le coût. En revanche, dans la sous-région, au Ghana, au Nigeria par exemple, Les perles constituent une véritable industrie en plein essor. Le métier des perles et autour des perles s’est développé dans ces pays. Ce qui permet d’avoir le choix et de trouver  toutes sortes de matériels à des coûts acceptables.

Comment vous approvisionnez- vous?
La plupart du temps je m’organise pour  m’approvisionner dans les pays de la sous-région et quelques fois j’achète sur place les matériels disponibles sur le marché.

Quels sont le coût et temps moyens  de conception et de réalisation d’un modèle ?
Plusieurs éléments sont à prendre en  compte dans le coût et le temps de confection des modèles.  Le Design occupe une place principale. Il faut voir selon qu’il est simple ou complexe  à confectionner. le coût du matériel de base selon qu’il a été importé ou obtenu  sur place, le type et la qualité du matériel utilisé. Tout cela peut considérablement influencer le budget initial d’un modèle.  De même, Le temps de confection d’une pièce varie en fonction du type de modèle, la qualité du matériel (fragile ou délicate), le matériel de collage ou de montage (fil ou tout autre support).
Une chose est sûre, c’est que  Afle’s Universe travaille avec délicatesse en s’appliquant  pour consacrer un, deux jours voire une semaine du montage  d’une pièce aux finitions. Il faut veiller à ce que le produit fini soit impeccable, solide et présente la finesse d’une œuvre d’art digne.

Quels critères sont déterminants dans le choix des matériaux et des couleurs ?  Avez –vous une préférence ?
La qualité et la beauté. L’art et la culture. Je peux, en fonction de telle ou telle inspiration privilégier une couleur ou un matériel. Tout dépend.

Quels sont les différents modèles que vous réalisez ? La bijouterie est-elle votre principal domaine de réflexion ?
Je ne les dénombrerai pas tellement ils sont diversifiés. Non, je ne fais pas de la bijouterie mon principal domaine de réflexion même si je peux confesser qu’à ce jour, mes œuvres restent dominées par des bijoux et accessoires de beauté de toutes sortes.  Néanmoins, je continue de creuser et de mener des réflexions dans tous les domaines de ma formation de base à savoir les sciences sociales en donnant libre cours à mon imagination artistique.

 Exploitez-vous un autre domaine comme la décoration par exemple ?
Evidement étant donné que le champ d’action de Afle’s Universe s’étant à bien d’autres domaines. Les perles peuvent être travaillées et utilisées dans la décoration intérieure et extérieure même urbaine, la mode. La couture m’intéresse également. L’agencement des couleurs et des motifs observés dans la couture constituent pour moi une puissante source d’inspiration dans la recherche d’un style particulier pouvant apporter un plus.

Les accessoires de mode comme les sacs à main ou les chaussures sont –ils concernés ? Expérimentez-vous ou explorez- vous d’autres ?
Afle’s Universe confectionne, vend, parures et accessoires allant de la tête aux pieds (colliers, boucles d’oreilles, bracelets, bagues, chaussures, sacs, ceintures, chaine de chevilles, baya, cravate, chapeau, coiffe etc.), des  objets décoratifs, des portes clefs etc.  En clair, Afle’s Universe exploite et met en exergue l’usage des perles dans tous les domaines en alliant art, sobriété, élégance et beauté.

Vos modèles sont-ils des pièces uniques ou des pièces de collections ?
Afle’s Universe propose à sa clientèle une diversité de pièces. Tantôt des pièces uniques tantôt des collections.

Comment travaillez-vous ? Sur commande ? Sur mesure ?
Toutes nos réalisations sont «  handmade » (fait à la main). Nous travaillons sur commande, sur mesure. Toutefois, il nous arrive de déclencher  le désir  de la clientèle en lui proposant  des produits sublimes, magnifiques, uniques ou standards.

Avez-vous des assistants ? Des collaborateurs ? Une équipe ?
Nous travaillons pour le moment avec une petite équipe que nous espérons accroitre le nombre au fil du temps en fonction de la demande.

Vos modèles ont-ils des appellations particulières? D’où vous viennent –elles ?
Oui. il nous arrive de donner des noms symboliques à  nos œuvres. Ces noms s’inspirent de la beauté de la nature, de la représentation socioculturelle, de la forme du modèle,  du «  look », de l’allure que donnent  le modèle ainsi que de l’effet qu’il produit lorsqu’il est porté … etc. Par exemple, J’ai un modèle que J’ai dénommée « majestueuse » en raison de sa texture, de sa composition, des couleurs choisies et de sa présentation.

Quel type de clientèle visez-vous avec vos réalisations ?
Afle’s Universe vise tout type de clientèle et s’intéresse à tous (hommes, femmes, enfants, jeunes, adultes, noirs, blancs,  etc.). Tout le monde y trouve satisfaction.

 Avez–vous de la clientèle masculine ?
Bien sûr, parce que là où est la femme est, l’homme n’est pas très loin (rire).
Nous recevons parfois la clientèle masculine qui en voulant faire plaisir à leurs femmes, mamans découvrent qu’ils peuvent s’offrir eux-mêmes quelques belles pièces qui les intéressent personnellement.
Mais, le souci est qu’en Côte d’ Ivoire les perles sont loin d’être dans les habitudes des hommes. Du coup,  la clientèle masculine est négligeable à côté de celle féminine. sont très peu par rapport à celles des femmes. Mais, c’est à nous créateurs de proposer des articles pouvant particulièrement intéresser la clientèle masculine.

 Pensez-vous que le marché des enfants est  attrayant ?
Oui c’est un marché d’avenir et attrayant parce qu’en plus de l’habillement et accessoires que nous mettons à leur disposition, nous confectionnons des jouets à partir des perles. Les enfants peuvent eux-mêmes s’amuser à apprendre à construire des formes et objets avec des perles.

Les bijoux en perles traditionnelles ont –ils une bonne audience auprès du public ? 
Relativement oui si on s’en tient à la forte demande des femmes.

En Afrique, On a tendance à croire que les perles n’intéressent que les  femmes  et surtout celles vivant en zone  rurale.  Que répondez-vous ?

Effectivement, depuis longtemps, les perles ont été associées uniquement à l’image de la femme rurale. Aujourd’hui cette barrière se brise de plus en plus.  Toutes les femmes qu’elles soient ou urbaines portent des accessoires en perles. Et même, les hommes ne restent plus en marge de cette tendance. Par exemple au Nigeria, on voit des hommes avec des colliers au cou ou aux poignets. Le Ghana emboîte le pas à cette tradition. Avec l’évolution associée à l’esprit créatif, les perles travaillées et modernisées couvrent plusieurs domaines allant de la mode, l’habillement, aux jeux en passant par la décoration. Tout public y trouve son compte.

Peut-on donc affirmer que les perles ne restent pas la mode culturelle en zone rurale.
A mon avis non. Parce que la beauté des perles qu’elles soient traditionnelles ou modernes dépend du produit fini. Je le disais tantôt, tout dépend de ce qu’on en fait. C’est à dire si on présente de belles œuvres montées avec des perles traditionnelles, la clientèle moderne ou rurale sera certainement séduite par les perles. Les perles apportent un plus à la beauté et à l’élégance des personnes qui les portent qui seront forcément plus belles et séduisantes.

A quelle occasion peut–on porter vos différents modèles ?
Nos créations s’adaptent et se portent pendant tous les évènements et occasions.  Afle’s Universe confectionne des modèles des grandes cérémonies heureuses de préférence.( rire)(naissances, baptêmes, mariages, anniversaires, célébrations de diplômes. Etc). Un magnifique accessoire en perle rehausse forcément une tenue et lui donne un éclat particulier. Mais, nous avons de quoi  offrir aussi des modèles qu’on peut porter tous les jours.( bureau, marché ou rester à la maison).

Présentez-nous un peu votre atelier  de travail, votre laboratoire de recherches? (Rires) qu’est –ce – qu’on y trouve ?
D’abord, des outils et matériels de travail. Généralement tout ce qui entre dans la réalisation des modèles. Spécialement, il s’agit des  aiguilles, de la colle, du fil, des ciseaux, des pinces et de tous autres produits entrant dans la confection. Ensuite bien sûr  des perles et cristaux en vrac en attente d’être agencés et montés. On y trouve enfin des produits finis exposés, etc.

Comment travaillez-vous?
Tout le travail de confection se fait à la main c’est ce que les anglophones appellent « handmade » ceci dit  nous utilisons  des outils de bases précités (paires de ciseaux, aiguilles, pinces, fils, colles, tissus, dentelles, accessoires et d’autres outils plus spécialisés)

 Utilisez-vous une technique particulière pour la confection de vos modèles ?

Certainement car pour donner à mes œuvres des formes particulières il faut une technique particulière. Cependant, quand me vient l’idée d’un modèle  quel que  soit le lieu ou l’heure, je le dessine  sur papier  avant de le réaliser. C’est mon secret. (Rire).

Comment comptez –vous vous faire connaître et partager votre expérience ?
Avant de répondre à cette question, permettez-moi de remercier 100pour100culture qui à travers sa page me donne l’opportunité de faire connaitre Alfe’s Universe.
Ceci dit,  je dirai que c’est d’abord la détermination, le sérieux, l’amour au travail qui nous conduiront à réussite.  La communication et la publicité viendront en appui.

 Avez-vous déjà participé à une exposition ?
Je n’ai pas encore eu l’occasion de le faire parce que je  commence  à peine une carrière professionnelle dans ce domaine. Mais, en ce moment j’ai pris des contacts et je m’organise pour participer à  des expositions en Côte d’ Ivoire.

Appartenez –vous à un réseau des professionnels des perles ?
Non pas pour le moment mais j’y travaille.

 Peut-on investir dans ce domaine ? Est-il rentable ?
L’univers des perles est un secteur prometteur, pourvoyeur d’emploi et qui peut nourrir son homme si on s’y adonne et y met du  sérieux. Parce qu’il ne nécessite pas de gros investissements. Mais  comme tout métier  il faut  avoir les connaissances nécessaires de base. En plus,  il faut de la détermination, de la persévérance du rêve et de la passion pour réussir.

Quels sont vos projets ?
Mes projets s’inscrivent dans ma passion pour les perles. C’est pourquoi, je voudrais avec la grâce de Dieu promouvoir la beauté en magnifiant les perles dans toutes leurs dimensions et leurs diversités car j’estime que l’usage des perles ne se limite pas uniquement  au volet habillement et accessoires de mode. La décoration, les jeux  éducatifs etc. sont des volets à promouvoir également.
J’entends pour cela créer un centre de formation pour aider toutes les personnes (hommes, femmes, enfants) qui désirent travailler dans ce domaine.
Continuer à me perfectionner à travers des stages de formation pour répondre plus efficacement aux demandes et exigences de la clientèle.

Votre mot de fin.
Je voudrais réitérer mes remerciements  à 100pour100culture pour l’agréable occasion qui m’est offerte si gracieusement pour parler de ma passion pour les perles. Je souhaite plein succès à ce magazine culturel bilingue en ligne et bonne continuation à l’équipe de rédaction pour son engagement pour la promotion et la protection de l’art et de la culture d’Afrique et des Diasporas africaines.

Merci à vous.
Interview réalisée par Jeanie Badjo