Interview : Firmin Koto, Red Chef« Jamais 100 vous ! »

Ariane Guideline | | 100% potins
firmin no100

Firmin Koto ( Rédacteur en chef de 100%culture)

Le 1er magazine Franco-Suédois dédié aux cultures Africaines, 100% culture fête son 100e numéro. Lancé en mars 2007 par Firmin Koto depuis la Suède, en  8 ans  votre magazine préféré a tenté de répondre au souci de rendre accessible la culture en général, mais la culture Africaine en particulier dans l’environnement Francophone mondial et Suédois  avec 1506 articles publiés sur le net dans tout le domaine d’expressions culturelles d’Afrique dans le monde.
 
Ainsi toute  l’équipe de 100%culture pense que cet outil entre les mains de jeunes Africains et Européens a largement contribué à briser certaines barrières à l’intégration des Africains et leur culture  dans le monde. C’est pourquoi à travers cette interview de célébration, elle a bien voulu  laisser la latitude au fondateur de 100%culture Monsieur Firmin Koto de faire le bilan d’un magazine culturel avec aujourd’hui un pic de 50 000 lecteurs mensuel. 
 
« Jamais 100 vous !» c’est ainsi qu’il s’exprime sur la manchette du 100ème numéro, abordant pour la 1ère fois un nœud papillon « jaune » comme pour dire que la culture fait la fête mais  que cette fête n’aurait pu avoir lieu sans vous ses collaborateurs dans le monde mais aussi vous  les millions de lecteurs et admirateurs qui n’avez cessé d’apprécier, d’apporter des critiques mais aussi de soutenir 100%culture depuis 2007.
 
Monsieur Firmin Koto, le journal que vous avez lancé en mars 2007 à Stockholm est à son 100ème numéro.
Peut-on savoir le sentiment qui vous anime ?
 
Je voudrais tout d’abord adresser les remerciements à l’ensemble de la rédaction, à nos lecteurs dans le monde et moi en particulier, à mes nombreux collaborateurs bénévoles à travers le monde qui ont bien voulu traverser le temps avec moi autour de 100%culture sur le net depuis 8 ans pour faire une promotion qualitative et durable de la culture Africaine.
 
Vos collaborateurs dans le monde ! Faut-il voir derrière 100%culture, une structure d’envergure mondiale ?
 
Une structure d’envergure mondiale avec des hommes et des femmes d’horizons et de cultures diverses qui partagent le rêve de voir la culture Africaine s’épandre dans le monde à travers des informations crédibles et instructives en fonction de l’actualité, je dirai plutôt.
 Mais pour arriver à cela il faut bien que des personnes  fassent ce boulot sans vraiment rien demander en retour et c’est pourquoi je parle de « collaborateur bénévole ». L’idée était que partout dans le monde avec juste un ordinateur et une connexion internet on puisse donner des informations sur la culture Africaine.  Et c’était bien ça l’objectif de 100%culture  de faire fédérer des idées nouvelles autour de la culture Africaine à travers la planète avec un magazine en ligne de l’actualité culturelle tous azimuts qui donne l’extraordinaire richesse du patrimoine culturel tel dont il se déroule au quotidien dans le monde.
 
Cela demande tout de même une grande organisation? Quand on voit que 100%culture est un journal très assidu avec ses fameuses sorties tous les 1er du mois sur le net ?
 
Avec la fracture numérique nous nous sommes rendus compte qu’avec une bonne équipe et une bonne organisation  il  ne serait pas trop difficile de collaborer autour d’un tel projet. Juste avec un accès à l’internet et un bon niveau d’écriture et de culture on avait la possibilité de collaborer sur notre site à travers notre rédaction internationale qui coordonne tout jusqu’à la sortie de chaque journal  et c’est comme ça depuis 8 ans.
 
Avez-vous le sentiment aujourd’hui d’être en conformité avec un des pans de votre vision en l’occurrence celui de faire de 100%culture un site à haute audience au niveau de la culture à partir de la Suède pour créer des ramifications internationales.
 
A ce sujet nous voudrions dire que nous sommes assez satisfaits parce que nous avons déjà atteint des pics de 50 000 visites mensuelles. Je me souviens dans les premiers mois de l’ouverture du site  en 2007 que nous avions 100 visiteurs par mois et que nous étions très heureux de savoir que nous avions déjà des lecteurs sur la toile. Aujourd’hui, si nous avons atteint un tel niveau de visite nous ne pouvons qu’être heureux.  Je voudrais profiter de ces questions pour aborder d’autres pans de notre vision d’édition   100% en Français et en Suédois. A ce niveau les choses fonctionnent même si les articles en Suédois sont estimés à 20% de la production totale. Cela s’explique tout simplement par la zone de lecture en Suédois qui est inférieure à celle du Français. N’empêche que l’autorité Suédoise en charge de la culture et la diversité « Kultur  rådet », n’a pas manqué de nous accorder depuis quelques années une modeste subvention pour gérer l’administration du journal.
 
Qu’en est–il alors du journal papier ?
 
Au départ nous avions édité jusqu’en 2009 une version papier du journal avec 2 couvertures (Français et Suédois) et tous les articles aussi en Français et Suédois. Mais face à la non compétitivité du marché de la Presse papier en Europe, nous avions toute suite pris la décision de nous concentrer sur la version internet. Qui nous permettrait de toucher beaucoup plus de lecteurs.  En plus avec le système « Cpanel » de notre site nous pouvons avoir en temps réel un « feedback » et une interaction. Cela nous permet par exemple de savoir  les centres d’intérêt de nos lecteurs entre la musique, la mode, le théâtre, la littérature, la danse, les arts visuels… et adapter notre stratégie rédactionnelle en fonction.
N’empêche que nous essayons de développer bientôt pour l’Afrique francophone une version papier gratuite de 100%culture. Ce projet est en travaux en ce moment avec l’éditeur de 100%, « InterMédiaire Consulting », une agence Afro-Européenne de communication et relations publiques, spécialisée dans le lobbying  inter continental et sous-régional qui se dépolisse en ce moment en Afrique de l’Ouest.  A Partir du 101e numéro, nous allons déjà proposer en vente le journal en PDF.
 
L’objectif de 100%culture était aussi de ne pas seulement écrire des articles mais être  opérationnel dans la promotion de ces cultures Africaines?
 
Nous nous sommes aussi fixés l’objectif d’être un partenaire opérationnel privilégié dans l’organisation d’événements culturels  mais aussi d’organiser des événements  dans le monde. A ce niveau, 100% culture a ses propres rendez-vous comme « Pinceaux d’Afrique en Suède », la « Voix de l’Afrique en Norvège » ou encore 100%Culture Awards en Afrique de l’Ouest  et est le partenaire privilégié d’événements culturels dans le monde. 
 
Sous quel signe mettez-vous cette célébration  du 100e numéro de 100% culture ?
 
Toujours sous le signe de la fraternité à travers la culture qui, selon nous devrait être un canal pacifique pour faire passer de idées fortes capables d’orienter l’Afrique vers un horizon de savoir pour mieux  nous permette de vivre ensemble malgré nos différences ou divergences.
 Nous prévoyons dans quelque temps une petite fête de célébration quelque part en Afrique de l’Ouest. Vous y êtes tous conviés.
 
Un mot de fin Monsieur KOTO ?
 
Soyez toujours nombreux à lire et à faire lire 100%culture partout dans le monde et de nous suivre aussi sur tous les réseaux sociaux. Le plus intéressant reste à venir.
Merci à tous et je vous donne rendez-vous pour le 200e numéro.
 
Interview réalisée par Ariane Guideline
firmin-no100

Firmin Koto ( Rédacteur en chef de 100%culture)