Alassane DIAKITE, L’épaule de la diaspora

Desire Amani | | Diaspora

Opérateur économique et prestigieux mécène, Alassane DIAKITE est un homme d’affaires multidimensionnel qui aspire un amour follement tendre pour la mère glorieuse et généreuse aux multiples formes de potentialité. Il croit en « l’avenir prospère du plus vieux continent : l’Afrique. Ce berceau de l’humanité.

Au sud de cette capitale économique Ivoirienne, une immense personnalité, riche en savoir et en vertu reste à découvrir. Une histoire pacifique qui émerge de son identité.

Né dans le centre de la commune du plateau, le cœur des affaires administratives et économiques de la capitale Ivoirienne, où building et gratte ciel caressent la cime du ciel, tout en étant éveillé dans une lucidité chromatique, le jeune filiforme, grandi dans cet environnement et côtoie dès son jeune âge les bonnes manières, le sens aigu du management politique et les fondements du marketing sans une formation spécifique dans ces disciplines précitées.

De parents cheminots, passant par les grands parents, l’enfant prodige s’envole vers la destination de l’Europe pour y poursuivre des études secondaires et supérieures.

Après un parcours académique, récompensé par des diplômes dans une école de commerce, cet élite des humanités, très conscient des taches qui l’attendent, crée sans perdre haleine, sa première société en France, un an avant l’an 2000, dans la somptueuse capitale parisienne, juste à la fin de sa formation supérieure et se frotte directement au monde du travail.

Une vision plus réelle dans une conscience possible

Né d’une mère commerçante donc très tôt, cet amour marqué par cette fibre très expérimentale fait de lui une icône dans l’art de la gestion commerciale.

Autodidacte dans le domaine managérial, son assiduité s’est véritablement orientée vers cette carrure de dirigeant sur le tas.

Cet homme multisectoriel, qui, ayant fait ses armes dans divers secteurs d’activités à travers les quatre points cardinaux, nous livre par le biais de cet outil médiatique, sa conception vitale.

« Notre  existence quelque soit son aspect matériel et immatériel, prouve l’efficacité relative de nos actes face à l’humanité.  Et dans la mesure où cette action noble a toujours su joindre sa liaison à certaines formes de conscience, il faudrait à cet instant, admettre que celle-ci soit un héritage préservé sous une forme imagée, que chacun d’entre nous devrait projeter sur le futur de notre bien commun, nos générations futures.

Principalement, je me suis mis au service de son prochain en marquant ma bonne foi, de par trois traçabilités. La création de trois sociétés dont une dans le domaine du service, la seconde pour le bâtiment (avec une cinquantaine d’employés) et enfin pour répondre aux besoins imminents de ma clientèle, dans un souci de sécuriser les sites sur lesquels mes épiques intervenaient, j’ai donc opter pour la mise en œuvre d’une troisième société axée sur la sécurité, ayant pour but d’offrir du travail à mes compatriotes d’origine africaine résidant en France ».

Naissance d’un self contrôle d’où une grande maturité

Si la maturité fécondée de cette illustre personnalité a atteint son comble, elle doit son salut à cette sage décision venant des parents, qui dès lors, avaient déjà compris cette notion de valorisation du savoir conscient comme un acte inouï.

« Ma vie, cette vie en Europe m’a apporté beaucoup d’enseignement résumant en mon sein cette posture très posée que j’adopte de nos jours: Rester lucide tout en gardant surtout un calme très glacial quelque soit la situation qui se présentera.  Sortant gagnant de cette culturelle d’où le sens des responsabilités, j’ai donc permis à tous les membres de ma famille (Père, mère, frères et sœurs) de vivre le même rêve que, celui de se frotter à la culture occidentale ».

D’une maîtrise exceptionnelle du verbe, redonnant une carrure monumentale à son style vestimentaire réciproque à  son rang, ce chef d’entreprises vit une élégance dans son devoir aussi bien que dans l’âme. Son accent linguistique soutenu délayé dans une culture généralisée, Monsieur DIAKITE semble être la colonne vertébrale de la conscience face à cette jeunesse africaine, prise comme cible de relève.

Intégré socialement dans cette double culture, « Papa Alassane » affectueusement pour les intimes, a flirté avec le monde associatif dans l’équipe dirigeante de l’AIN (Association des Ivoiriens de Nantes) au début des années 90.

Une double intégration multiforme

Son retour en terre Africaine, s’explique d’une part, de cet amour qu’il porte à  ce continent, semblable à un cordon ombilical le liant à ses propres origines et d’autre part, cette validation des acquis pour répondre à cet art de transmission de la mémoire aux futures générations. Résumant ainsi sa profession de foi et sa vision de toujours croire en cette Afrique, la cavité de tous les maux et souffrances, ainsi que ce changement de cultures, n’ayant pas facilité les choses, alors notre jeune cadre dynamique lâche tout et vint s’installer après avoir acquis ses armes de chef d’entreprises doté du système français, dans cette ferme optique de servir avec dignité « le sud et le nord ». Cette conviction très particulière est pour notre « oncle » à tous, philosophiquement, une sage et ferme décision pour penser les blessures et essayer les larmes de tous bords.

« Le changement de culture et de mentalité : un réel handicap pour mon intégration dans la culture sociale africaine.

Il fallait donc très rapidement s’adapter a ce nouvel environnement où les choses évoluaient moins vite que le milieu occidental auquel j’étais habitué ».

Cet acte, comme symbole de générosité devient légendaire et précise, son labeur professionnel et la pertinence de ses idées. Il a mis très haut la barre cette prise de conscience au sein des cadres de sa génération. Père de trois futurs héritiers et homme très fidèle en amour comme dans son quotidien, sa « sainteté » Alassane DIAKITE est très loin d’un cœur à prendre. Derrière cet illustre affairiste, réside une beauté aux normes esthétiquement requises d’où Madame DIAKITE, cette sublime dame non des moindres qu’il a connu depuis sa tendre enfance, pendant son cursus secondaire, loin de son pays natal.

Une disposition spirituelle en accord avec la loi divine

« Etre prédisposé particulièrement pour un tel devoir d’où une telle bonne action, pour moi semble la grande vertu de modestie. Je suis beaucoup porté  sur les valeurs suivantes : La famille et la religion.

Et « Maman Dimo », cette dame de cœur (sens des responsabilités, sens familial et sens d’un véritable amour pour le partage) est le pilier de mon équilibre et très présente quotidiennement au centre de toutes mes prises de décisions.

De confession musulmane et très pratiquant, j’espère faire mon pèlerinage en terre sainte dans les prochaines années.

Un cœur d’or, hors normes

Homme à l’allure captivante et croquante, son charme reste un atout prépondérant d’une éloquence très rare, signe d’une sensibilité comblée par sa gestuelle (ses actions).

Maître suprême de la théorisation du « don de soi », cet « oncle de la nation » semble encore une personnalité discrète, mais dont le cœur apparaît assez glorieux dans son immensité.

Le goût face aux aides, ce flair, il l’a dans ses entrailles. Il le souligne très clairement avec une franche visibilité émotionnelle :

« Le bienfait n’étant jamais perdu, je ne me décourage point d’apporter toujours de l’aide à mon prochain quelque soit le motif présenté. Un budget prévisionnel pour les besoins de nécessités a toujours gardé sa constante dans mes charges quotidiennes depuis mon retour en terre natale.

Pour répondre à cette réalité, j’ai donc mis une plateforme, en place pour des offres (prises en charge) dans le milieu éducatif et universitaire chaque année et une distribution de vivres et non vivres au plus démunis tous les mois, au sein de mes entreprises. Je continue de servir, de conseiller, ou d’être le socle en roc pour mon entourage qui muri le rêve de revenir au pays.

En cette texture de consultant international, je fais bénéficier mes proches, de mon expertise sur le terrain, pour l’acquisition des biens immobiliers en Côte d’Ivoire.

Je suis régulièrement consulté par mes proches de France » !

Respect donc à ce grand monsieur qui se consacre aujourd’hui à ses propres entreprises, en offrants des emplois aux fruits de sa chère nation.

L’humilité comme principe

Très humain, son humilité l’a enrichi culturellement grâce, à sa patience, source de son immense self contrôle, son analyse pointue, répondant à une ouverture appréciable dans la divergence des choses, et cette mission d’aimer et venir en aide à son prochain sans distinction du rand social, sous diverses angles : assistance et accompagnement dans les secteurs d’activité, renforcement des acquis par des formations, pour en citer que ces deux…

« Sur le plan professionnel : Je reste convaincu que l’avenir de notre continent se trouve dans les TIC

À la tête d’une compagnie spécialisée dans le domaine des TIC crée en 2006 de mon retour définitif au pays.

Je rêve de devenir un magnant des télécoms pour apporter ma pierre au développement de la Côte d’Ivoire, mon pays en particulier et de mon continent en général. »

L’unanimité autour de lui comme un retour gagnant.

Reconnue par la jeunesse et certaines  autorités Ivoiriennes comme étant le symbole d’ascension et d’assimilation progressive à ce que représente le ciel sous le sigle d’harmonie dans les hauteurs, Mr Alassane DIAKITE demeure comme un monument ou même encore le moteur des forces vives, psychiques de la jeunesse Africaine (pour toute une génération : la sienne). Il caresse avec principauté de son aura, scintillante comme l’étoile polaire très haut dans le ciel.

Il reste le reflet de sa génération et le guide de ses proches. En somme l’épaule éblouissante d’une nouvelle conscience.

Désiré Amani