Le café des arts

Mets ou menu principal: Méthodologie des approches conceptuelles « La photographie ou l’art de la prise de vues »

Dessert : Vocabulaire artistique

Un clin d’œil sur le grenier de l’artiste, du chercheur et de l’étudiant en Arts par le biais des approches conceptuelles et notionnelles dans le milieu artistique. Cette lucarne, purement un cours de technologie des arts, se veut en plus, un lieu où chacun vient s’abreuver avec ivresse, de connaissances au fin d’un rendement probant sur le plan intellectuel et culturel. Une relique sous forme de réponses, en conformité avec la réflexion, sur les diverses questions que chacun de nous ou tout profane se pose sur l’univers tout entier des arts.

La pratique artistique se définit par une attitude personnalisée de soi, suivie d’un projet ou une thématique dont la liberté constitue le principal socle de matérialisation. C’est dans cet élan idéologique que nous abordions avec une précision conçue de rigueur dans l’élaboration de notre savoir théorique sous le charme linguistique littéraire et artistique.

Toutefois, une documentation iconographique élémentaire comme la nôtre pourra d’une part éveiller l’esprit critique sur les zones sombres de certaines approches conceptuelles, et aider d’autre part, les apprenants à se positionner solidement dans la sphère des théories esthétiques et philosophiques des arts, sous un angle synthétique à la fois substantiel du contenu des analyses approfondies.

Notre préoccupation ici, dans cette plateforme, s’efforce donc de fournir à la fois les (ou le) sens courant(s) des termes analysés, leurs sens spécialisés, mais pareillement une élucidation de la relation que ces divers sens entretiennent mutuellement.(entre eux)

 

1- Généralités et fonction de la technologie de l’art

Technologie de l’art : la technologie de l’art est une étude spécifique des différentes approches conceptuelles ou des termes employés dans le domaine de l’art en fonction de son champ disciplinaire. Elle se présente également comme une méthodologie que toutes personnes animées d’un amour fou pour la recherche utilisent pour éclairer ses codes pulsionnels cognitifs. En somme, c’est toutes les définitions que le vocabulaire artistique offre comme instrument de communication à travers une vision esthétique, scientifique, littéraire,  didactique d’où pédagogique.

 

2- Méthodologie scientifique appliquée pour une notion conceptuelle

Tout enseignement ou toute éducation se fonde sur une méthodologie rigoureuse de base, dite ossature, communément appelée objectif pédagogique. Celle-ci renferme plusieurs micro objectifs déterminant la finalité attendue (ce que le magistère donne comme savoir).

En effet, dans toute la dialectique de la langue française, chaque mot a son identité propre comme les personnes dans la classification des êtres vivants. De ce fait, voici comme suit la méthodologie appliquée pour définir les concepts ou les termes quelque soit leur domaine d’application.

  • Décortiquer le ou les mot(s), tout en sachant sa ou(leurs) nature(s), son ou (leurs) sens et le contexte dans lequel il(s) est ou sont employé(s).
  • Définir le ou les mot(s) en fonction de leurs spécificités précitées ci-dessus et enfin
  • Faire un étalage ou une symbiose de tout ce baguage intellectuel dans un exposé respectant toutes les normes académiques structurelles dans la syntaxe.

 

3- Conception d’une approche notionnelle ou conceptuelle

Dans cette rubrique, l’Objectif Pédagogique est la suivante :

Le chercheur ou l’apprenant doit être capable de savoir ou définir la photographie.

La finalité ici, est qu’avec ce instrument didactique ou cette méthode pédagogique, dès la première expérience et au sortie de ladite expérience, le chercheur ou l’apprenant doit savoir ou définir ce que sait que la photographie, l’art de photographier ( la prise de vue ) ou l’art du photographe à tout son entourage.

4- Définition de la photographie

Comme un rituel quotidien, la photographie, naturellement est un mot du genre féminin, et du nombre singulier, pluriel. Venant étymologiquement du grec “phôs”, photos désignant l’action de la lumière.  Et “graphein” faisant appel à la traçabilité d’où l’action du verbe tracer par excellence.

Il est bien clair que toutes les images réalisées au moyen d’un appareil photographique par un ou des photographe(s) professionnel(s) ou amateur(s) exploite(nt) l’effet de l’action lumineuse dans la réalisation de leurs visuels. Par compte, les domaines comme la radiologie et la physique nucléaire, ne se voient point dans cette utilité éblouissante de la lumière pour répondre à leur but.

Visiblement, ces domaines, techniquement s’expriment aux moyens d’autres rayonnements que la lumière présente physiquement pour l’obtention des images.

La photographie, de nos jours garde un sens très apprécié de l’ensemble des humanités. Définie comme une image fixée sur un support solide ou pas, elle peut aussi se présentée sur un écran fixe ou tactile. Parfois sur des supports flexibles de tous genres, elle exprime son aspect un peu frivole sur les bords. Cet art, qui est à la fois une image visible, se résume en une technique de fixation d’une action de l’espace, dans un temps aux larges de nos sensibilités et de nos gouts personnels en presence d’une intelligibilité sensorielle cognitive.

C’est en ce sens des normes scientifiques, que l’expression de l’image gagne une grande crédibilité dans l’expressivité à la demande des connaissances notionnelles et pratiques saisies par les voies charismatiques de l’esthétique.

Trilingue, le terme de photographie répond à trois axes prestigieux au niveau du language descriptif. Elle vit dans  l’âme de nos ancêtres sous cette appellation qui concerne une technique propre permettant de multiples images chromatiques ou monochromatiques sous l’effet de la lumière.

Comparable à celui de l’oeuf et de la poule, une photographie  se voit plus dans cette approche conceptuelle d’une image obtenue par la technique d’un outillage photographique. Enfin, la nature en plus de ces multiples experimentations, se veut voir la photographie comme une esquisse s’apparentant à la notion d’écriture de la lumière sur des filtres ou écrans par l’effet magique du genie de la lueur éblouissante.

Dans la mesure où chaque chose à un instant de sa metamorphose, l’on pourrait dans les généralités, incrustrer dans la catégorie des arts graphiques, cette technique d’écriture lumineuse pour valoir et servir ce que de droit.

5- Généralités et historique de la photographie

L’idée de penser à concevoir une reflexion sur la photographie et son art, vient du fait que j’ai toujours chercher à percer ce grand mystère qui s’alimente autour de cet outillage magique que l’oeil sous une pression de capturateur prédacteur arrive à immortaliser des instants à des fractions de secondes.

La découverte de cet art, remontre depuis la naissance de l’intuition psychologique humaine. Doué d’un savoir sur l’ensemble des étendues cognitives, l’homme dans son usage quotidien voit plus loin que l’outil interne, même s’il est à l’origine de ce trésor le plus convoité dans ce monde médiatique axé sur les nouvelles technologies de pointe.

La petite histoire de notre art photographique aurait vu sa vie dans une chambre noire, munie d’une lentille ou perforée d’un trou avant le XVI ème siècle. D’aucun de nos jours, ne pourrait démentir à cette technique phénominale bien connue avant l’avénément historique des célébrités comme Léonard de Vinci et son compère de tous les temps au patronyme de “Porta” ayant porté très haut les recherches à un dégré plus considerable dans cet univers de l’art de photographier.

Comprendre le mécanisme et le fonctionnement de cet outillage photographique par le noircissement des sels d’argent sous l’action lumineuse des ampoules énergetiques sonores serait d’une part de rendre un vibrant hommage à l’Allemand Schulze J.H. et d’autre part à toutes les bonnes âmes qui plus ou moins ont poussé leur étude dans le souci collectif de notre bien-être social depuis les années 1727.

L’Anglais Wedgwood, dans une phase expérimentative de son invention aurait copié sur une surperficie des dessins pratiquement translucides, endouite de nitrate d’argent. Mais l’invention plutôt entrée dans le schema historique de la photographie n’a pu être convainquante sur l’aspect des fixatifs consernant les silhouettes y compris la capturation de l’image nourrie par l’obscurité de la chambre noire à cette époque de l’année 1802.

Il est à noter de si près que les erreurs pendant ou au cours des recherches de ce domaine clairement précité, comme le souligne Jean Roubier: “ En réalité, la connaissances de ces faits isolés ne constituait pas la découverte de la photographie au sens exact du mot pas plus que certaines réussites sans portée pratique”.

La gloire du travail abattu revient ainsi qu’au Français Nicéphore Niepce dans les années 1820 et 1824. Ce genie a montré par son talent très assoiffé, la reproduction sur une surface sensible répondant aux exigences techniques de cette toute prémière experimentation dans l’histoire de la photographie, l’action de fixer une image à partir d’une chambre noire, dans une parfaite stabilité formelle.

Dans le la grandeur de son action, le savant Nicéphore Niepce met à sa disposition un système encore prisé de nos jours du marché des affaires: les commerciaux. Il trouva cette qualité en un peintre communément connu du grand public, de Gaguerre.

Daguerre n’était pas un profone dans cette vision. Il fit des recherches remarquables sur la chambre noire auparavant. Comme des tourteraux, ils se mirent en association vers 1829 pour satisfaire leur ambitions performatives et inventèrent à cette époque la Daguerréotypie.

La daguerréotypie, est un procédé scientifique, qui a connu une vogue exceptionnelle à sa naissance. Elle se veut une théorisation mettant en exergue la pratique de la daguerréotype, une plaque de fer, dosée d’iodure d’argent, que le photographe révélait sous l’effet vaporisant du mercure, pendant 15 à 30 minutes de repos aufin de donner par la voie de l’ inversion, une image positive, dans l’incapacité d’en obtenir des copies.

Des années 1835, passant par celles de 1874, jusqu’à notre époque contemporaine (2014), les techniques photographiques ont connu une croissance très impressionnante et contituent de surprendre la race humaine, positivement de son apogée.

 

Désiré Amani